logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/10/2014

mon nouveau roman " le député et l'avocat."

1968 des adolescent dans la tourmente, il est interdit d'interdire !

la démission des parents, l'abandon des règles, la reprise des études dans la confusion. Après le bac, la rencontre de deux jeunes étudiants à la Sorbonne les études supérieures, le choix difficile du métier.

Pour ce nouveau roman, l'auteur pénètre dans le monde du polar, bonne lecturebanniere-v-117331.jpeg

08:57 Écrit par membre_469246673 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |

18/10/2014

La glane est ma rivière

Je sais un merveilleux bras de rivière,

Un endroit idéal béni des dieux,

Planté de rochers regardant les cieux,

Parfois recouvert et garnis de mousse.

 

Bruyère et fougère en pleurs sur la berge,

Ondulent sous le vent chargé d'odeurs,

Aubépine et seringa pour les fleurs,

Tous nos sens en éveil pour la gamberge.

 

la chute d'eau va glissant en cascade,

En se faufilant entre les roseaux,

Son murmure fait chanter les oiseaux

Pour composer une douce ballade.

 

C'est un lieu magique très visité,

Le grand Corot a su l'apprécier,

Sa grande richesse est à remercier,

Avec l'âme pure et l'oeil aiguisé.

 

Sente fleurant bon la menthe sauvage,

Où l'écureuil vif rapide s'affaire,

Cherchant des noisettes pour son repaire,

La rainette en plongeant fuit à la nage.

 

Du confluent de la vienne au barrage,

En passant par l'écluse chez Deplan,

L'usine en ruines croulant pan par pan,

La glane en fin de parcours se fait sage.

 

17:26 Écrit par membre_469246673 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |

13/10/2014

la corde a linge

Il y a bien longtemps, dans mon adolescence,

Le lundi j'aidais maman près de l'étendoir,

Nous étions deux familles parfois jusqu'au soir,

Le vent dans les habits, jouait en évidence.

 

La voisine et maman brisaient le silence,

Culotte petit bateau et slip kangourou,

La chemise de nuit de grand-mère en pilou,

Le caleçon long molletonné de grand-père;

 

Les années ont passées au fil de l'existence,

le slip gagne en ficelle et puis perd du tissu,

Le caleçon long de papy a disparu,

La chemise rose de mamie est bien seule.

 

La corde désormais, n'accueille plus personne,

Les gens ont émigrés, pour un éden meilleur,

Un vieux couple regarde leur ancien bonheur,

Puis ils versent une larme sur leur automne.

 

Serge Paul Geoffre

 

 

13:21 Écrit par membre_469246673 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | |

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique