logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/02/2015

Saison froide

Vous prendrez bien un petit Sonnet !

Saison froide.

Hiver d'autrefois la maison silencieuse,

Vent fort sur le tison, le feu court et survient,

Salon des couleurs au mur des ombres dansent,

En écartant les rideaux le décor s'avance.

 

Rigueur de la blancheur, un ciel gris on frissonne,

Les arbres en frimât, se sont parés d'argent,

Le logis va s'éveiller dans un bâillement,

L'odeur du café au lait dans les bols parfume.

 

Dehors pelle et balai, et le fermier déblaye,

L'abord de sa maison, un chemin il se fraye,

Pour les travaux de déblaiements avant l'avril.

 

Les arbres du bosquet sont en punition,

Tous en prières pour échapper au péril,

Du froid vif sans subir l'humiliation.

 

17:21 Écrit par membre_469246673 dans poesie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | |

25/01/2015

la maison de saint junien

Mémorial de la maison du bas saint-pierre,

J'aimais le plancher noueux de châtaignier,

J'écoutais cependant,les plaintes du grenier,

Elle nous avait accueillis pendant la guerre.

Le lustre suspendu, jouait au parachute,

Murs engrossés bombés, parquet craquant disjoint,

Un pot de fleurs sèches, posé dans un recoin,

Cabinet secret pour un cahier d'écolier.

La pendule aux chaines cadran avec aiguille,

Maison vide depuis le départ des aîeux,

Le parfum de verveine en souvenir des vieux,

Balancier d'horloge, sans tic tac immobile.

Paranoîa mystique d'une présence,

Pour paranormale manifestation,

Dans le milieu furtif d'une émotion,

Exaltation du coeur comme une sentence.

Fenêtre qui s'ouvre sur la petite rue,

Image vieillotte d'un passé révolu,

Et ce souvenir de jeunesse revenu,

Dans le caniveau un enfant blond qui s'amuse.

            Serge-Paul Geoffre

17:00 Écrit par membre_469246673 dans poesie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | |

27/12/2014

Coeur de décembre

 

 

              Cœur blessé habillé de noir mois de décembre,

                   Un ciel gris chagrin au loin un vol de corbeaux,

                   Les arbres sans feuilles, perdent leurs oripeaux,

                   La tristesse envahit la douceur de ma chambre.

 

                   Mois d'hiver aux jours voilés voués au silence,

                   Devant le feu sur le guéridon mes journaux,

                   Des rosaces décorent le haut des carreaux,

                   Des ombres dansent au mur le décor s'avance.

 

                   De l'heure enfin vécu, on perd la notion,

                   Nous n'entendons plus le carillon du salon,

                   Pour le moment plus rien n'a de sens à mes yeux.

 

                   Mais voici la nuit des rois mages qui s'en vient,

                   Avec les cadeaux pour les jeunes et les vieux,

                   Agapes repas et bon vin pour l'indigent.

13:20 Écrit par membre_469246673 dans poesie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique