logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/11/2018

Les Anciens bâtisseurs

Nous avions vingt ans pleins d'espoirs malgré la guerre d'Algérie. La vie n'était pas facile, enfants nous avions connus la guerre de 1940, les privations mon corps porte à jamais les stigmates du manque de vitamines; pourtant on ne se plaignait pas, on se dirigeait vers l'avenir le coeur  à l'ouvrage. On s'est bougé le cul avec mes semblables et nos expériences années après années ajoutées, nous avons connus mai 1968, puis a la reprise ensuite les grands chantiers les grands déplacements, les constructions des raffineries, les hauts fourneaux, la chimie, la pétrochimie, les centrales nucléaires et tout ça dans des conditions de travail que nous sommes les seuls à pouvoir raconter. Dans la voiture la caisse à outils les bleus de travail les chaussures de sécurité, on se changeait le plus souvent derrière le coffre de la voiture, oui en plein air par tous les temps !

dans les années 90 les retraités pouvaient regarder derrière sans rougir ils laissaient derrière eux un pays avec une certaine prospérité même si tout n'était pas parfait. Messieurs les politiques qu'en avait vous fait ? Aujourd'hui où est la reconnaissance, il n'y en a pas ! au contraire tous les jours il faut s'entendre dire par les membres du gouvernement, les vieux peuvent payer, ils peuvent manger un jour sur deux, il faut faire des efforts, la fin du mois ou la fin du monde. Pour nous la fin du monde c'est demain avec les privations !!!!

 

MERCI POUR TOUT !!

17:15 Écrit par membre_469246673 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | |

13/04/2018

Une vie de chien

A l'abord d'un étranger il donnait l'alerte,

En campagne le fermier avait son gardien,

Sortant de sa niche pour défendre la porte,

Bâtard ou racé il protégeait du vaurien.

Eau fraîche copieux repas dans la gamelle,

Médor le nom inscrit sur son abri de bois,

Du logis pas question de franchir la dalle,

Le poil brillant on le disait heureux des fois.

Mais parfois sa vie se terminait par un drame,

S'il tombait bien malade en devenant gênant,

Pas de pitié pour éliminer le problème,

Au fond d'un trou exécuté à bout portant.

Désormais souffrant il va rentrer en clinique,

Aujourd'hui il a son fauteuil dans la maison,

Coiffure pour lui faire plaisir on s'implique,

Son nouveau statut en grande progression.

Autrefois le chemineau trouvait le refuge,

Pour le diner dans le couvert du mendiant,

Pour un petit service rendu sans grabuge,

Le vagabond est aussi le chien maintenant.

Sur le pavé on lui sert la soupe qui fume,

Démuni le manant est dans le froid mordant,

L'Agrément a pris la place de la coutume,

Les usages ont bien changés, dorénavant.

Au matin il croise le chien a sa mémère,

Oui tous les jours, avec son collier et sa croix,

Ce cabot lui montre son mauvais caractère,

Pour partir de ce trottoir il n'a pas la choix.

 

15:34 Écrit par membre_469246673 dans poesie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |

31/03/2018

La chambre close.

Volet entrouvert la chambre est close,

Au travers des rideaux luit le soleil,

Où rien ne sera plus jamais pareil,

Au passé joyeux, de rêver je n'ose.

Au lit les peluches prennent la pose,

Au studio des meubles couleurs miel,

Sur le chevet blanc, dans son pot la rose.

Prends donc part à mon chagrin si tu peux,

Depuis ta fugue bien loin de mes yeux,

Je veux voir la fin, car rien ne va plus.

Tristesse dans l'embarras éviter,

Pour le bon retour de l'enfant confus,

La clémence pour le pardon briguer.

17:31 Écrit par membre_469246673 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique